AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hydrus M
Invité



MessageSujet: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   Dim 2 Sep - 23:56

    Avant toute chose :

    AS-TU BIEN LU LE CONTEXTE ? Pour bien faire, oui…

    ET LE REGLEMENT ? Remember-toi le beurre, ça vous dit quelque chose ?

    Informations personnelles :

    NOM : Riddle

    PRENOM : Hydrus (J’ai choisi ce prénom en m’inspirant de la créature mythologique, L’hydre de Lerne, créature au corps de chien et à têtes de serpents dont le sang était mortel et dont les têtes repoussaient toujours. Ca correspond bien à mon personnage pour qui le sang pur est plus un poison qu’une fierté et dont la ruse est sans limite, tout comme les têtes.)

    DEUXIEME PRENOM : Morfin, nom de son paternel.

    AGE : 16 ans

    DATE DE NAISSANCE : 22 Juillet

    ORIGINE : Sang Pur, malgré lui.


RP:


Connaissez-vous la différence ? Je ne parle pas de la différence commune, de cette singularité qui anime chacun de nous, non, moi, je vous parle de la vraie différence. Celle qui ne vous rend pas unique mais seul, celle qui ne vous donne pas de l’attention, juste de la curiosité, celle qui ne fait pas de vous quelqu’un d’exceptionnel mais quelqu’un d’étrange, à blâmer. Alors, dites-moi, connaissez-vous cette différence ? Non, bien sûre… Seul un être contaminé par cette dernière peut se vanter d’en avoir pris connaissance, un être comme Hydrus.

Madame Riddle - Hydrus Morfin Riddle! Encore sur ton balais ?! Combien de fois t’ai-je déjà ordonné de laisser cette activité douteuse aux gens de rang douteux ? Descends tout de suite ! Insolent !

La voix avait claqué comme un fouet, plus glaciale que l’iceberg, plus venimeuse que le serpent. C’était Madame Riddle, une grande femme excessivement mince aux traits durs et aux joues creuses. Elle avait de grands yeux bleus, une longue chevelure ébène attachée en un chignon parfait et une peau des plus cadavériques. Cette femme aux allures d’aristocrate était légèrement effrayante avec ses paupières lourdement maquillées et ses fines lèvres rouge sang. Comme d’habitude, elle s’était habillée d’une longue robe sombre qui volait derrière elle à chacun de ses pas.

Madame Riddle – Impedimenta !

Une longue baguette ténébreuse entourée d’une spirale de bois plus claire se leva, un éclair partit de son extrémité et il vint s’écraser sur le jeune homme qui volait toujours, faisant mine de ne pas voir sa mère. L’adolescent fut projeté dans les airs, loin de sa monture qui s’écrasa contre le saule pleureur, et il retomba lourdement sur l’herbe verte. Il se releva en grimaçant de douleur, ses petits yeux bleu azure courroucés et sa lèvre inférieure ensanglantée. Le garçon posa son regard assombri par des sourcils broussailleux sur la squelettique et sombre silhouette qui lui faisait face, et alors qu’il allait prendre la parole, c’est son interlocutrice qui rétorqua, plus ferme et dure que jamais :

Madame Riddle – Tu me feras le plaisir de porter des vêtements corrects ! Ne t’avise pas de te rendre au salon en guenilles ! Et arrange-moi cette tignasse ! Tu n’as déjà rien d’un Riddle, inutile de nous salir un peu plus avec ta sordide apparence ! Jamais ton frère n’aurait osé se comporter de la sorte… Jeune présomptueux !

Le jeune homme ne répondit rien à cela, il avait l’habitude d’être traité comme un moins que rien par sa famille qu’il ne respectait pas non plus. Naître Riddle ne signifiait pas pour autant en être un véritable, en effet, Hydrus ne cautionnait ni les idées préconçues des siens sur la valeur du sang, ni leur attitude détestable et pompeuse. Qui n’aurait pas rêvé d’être le descendant d’une longue lignée de sorciers au sang pur, de porter un nom connu, craint et respecté par la communauté magique ? Qui oserait prétendre ne pas vouloir vivre dans une maison qui abrita les plus grands noms de l’histoire des mages ? Sans doute personne, personne à part le cadet de cette lignée, Hydrus Morfin Riddle. Ce dernier n’avait rien en commun avec le tas de glauques et prétentieux personnages qui peuplaient sa famille, que ce soit sur le plan physique ou moral. C’était un peu le mouton noir, le rebus, la déception, l’erreur. Alors que les siens passaient leur temps à juger, calomnier et maltraiter les autres, il se liait d’amitié avec des sang-mêlé ou des fils de moldus. Pendant que sa famille pratiquait des activités interdites, versait des pots de vin au Ministère et se forgeait une réputation redoutable, il s’exerçait au Quidditch, sport où il excellait, il jouait de la guitare ou il s’entraînait à devenir Legilimens. La legilimancie, une branche de la magie qui l’attirait depuis sa plus tendre enfance. On lui avait tant menti, on s’était tant joué de lui qu’il n’avait plus qu’une aspiration : devenir un grand Legilimens. Oh, bien sûr, il était loin d’égaler un maître en la matière mais il se débrouillait pas mal pour quelqu’un qui apprenait illégalement cette magie depuis trois années déjà. Dans son caractère, on ne retrouvait quasiment aucune trace des Riddle, pas de prétention, pas de froideur exacerbée, pas de cruauté, pas de fourberie… Il était plutôt rebelle, franc et de tempérament explosif, une vraie bombe à retardement ce garçon. Mais ce qui le différenciait énormément du reste de la troupe, c’était cette sensibilité qu’il ne passait pas son temps à cacher, il se sentait assez fort pour laisser naître sur ses traits ses émotions sans pour autant en devenir ridicule. Bien entendu, il ne se laissait jamais submerger par des sentiments, il avait trop d’orgueil pour ça, mais s’il devait pleurer, il ne s’en cachait pas, s’il était heureux, il le faisait partager à tout le monde. Pour lui, lorsqu’on se cachait derrière un masque d’impassibilité, c’est qu’on avait un manque d’assurance, un complexe, une faiblesse.

Le jeune homme rangea son balai dernier cri qu’il s’était payé lui-même, ses parents ne voulant pas lui donner d’argent car ils jugeaient la cause inutile, et rentra dans sa demeure. La maison n’avait rien d’un manoir ou d’une imposante bâtisse, elle était grande, c’était un fait, mais elle gardait le statut de maison. Les murs étaient faits de vieilles pierres et le toit d’ardoises sombres, du lierre grimpait sur la façade et un chemin de graviers, délimité par diverses plantes magiques parfaitement taillées, donnait accès à la porte d’entrée toute de vieux chêne construite. La construction était vieille, médiévale en fait, mais on pouvait voir qu’elle avait été rénovée, agrandie, transformée, et remise au goût du jour. L’intérieur était très spacieux, trop sans doute pour la superficie qu’on imaginait en la voyant de dehors. Cette démesure était due à un sortilège permettant d’agrandir l’intérieur des demeures, voitures, tentes, etc. La décoration était rustique : dans le salon, une immense cheminée de pierres et de marbre noir décorée par les armoiries de la famille, un gigantesque canapé très confortable en cuir, une fourrure de licorne en guise de tapis avec, par-dessus, une table basse en chêne qui semblait être un objet de collection. En fait, dans chaque pièce, on retrouvait des œuvres d’art, des antiquités et toute sorte de choses hors de prix. Dans le hall, il y avait même une armure qui, selon la légende, aurait appartenu à Archibalde Riddle, premier du nom. Dans la grande salle à manger, une énorme table en bois sombre et soigné avec un banc de chaque côté. Sur les murs, des têtes d’hippogriffes empaillées, dressées sur un socle de bois, une plaquette d’or datant le jour du massacre en dessous de chaque tête. Le plafond était soutenu par des poutres en chêne massif et un sortilège faisait flotter une odeur appétissante dans toute la pièce. Un lustre d’un mètre cinquante de diamètre éclairait, à l’aide de bougies, l’endroit du repas, ne faisant qu’embellir le contexte. La résidence restait partout dans le même style, décorée par des tableaux inestimables, des tapisseries, des épées et autres traces du passé qui racontaient chacune une histoire. Autour de la bâtisse, un sortilège repousse moldu et de hauts murs faisaient remparts contre de potentiels envahisseurs. Pour ce qui était du jardin, il était grand mais pas assez pour qu’on le qualifie de parc. Abritant un petit étang, de magnifiques arbres et une serre contenant des plantes dangereuses, le jardin était plein sud, doré par les rayons du soleil.

Hydrus, après avoir emprunté les escaliers en bois grinçant qui montaient en colimaçon, atteignit enfin sa chambre, une pièce moyenne, confortable et chaleureuse. Il la traversa et se surprit à se perdre dans le reflet que lui offrait le grand miroir. Il y vit un garçon de petite taille, fort mince, avec des cheveux noirs de jais, fins, mi-longs et brillants qui tombaient parfaitement en un mouvement légèrement sur le côté. Leur noirceur faisait contraste avec la peau blanche du gamin dont le visage aux traits accentués était illuminé par deux prunelles d’un bleu presque surnaturel, ravageur. Ses yeux n’étaient pas bien grands et ils ne pouvaient être qu’encore plus petits avec la broussaille ténébreuse qui lui servait de sourcils. Son nez, légèrement proéminent et pas pointu du tout, contrairement au reste des Riddle, était bien droit au dessus de sa bouche large mais pas charnue. Sous sa lèvre inférieure, le jeune homme avait deux boules de métal, une à chaque extrémité, des piercings. Il lui arrivait de ne pas les mettre mais en général, il ne se baladait jamais sans. Son expression était fière mais pas hautaine, il semblait enclin à la discussion et à la joie. Encore une différence avec sa famille qui restait soit de marbre, soit arrogante en toute circonstance. Oh, bien sûre, Hydrus était lui aussi fortement arrogant mais pas de la même façon.

Des couleurs, des formes, des pantalons, des T-shirts… Sa garde robes était remplie d’habits moldus, ce qui exaspérait au plus haut point sa mère, Allegra Riddle, qui ne voyait que pas les robes de sorcier sombres traditionnelles. Et oui, pour ça aussi Hydrus était à part, il aimait se parer à la façon d’un moldu, son style étant influencé par les tendances rock et émo. Il n’était ni dépressif, ni plongé dans le satanique, je vous rassure, mais c’était le style en lui-même qui l’attirait, la singularité, les couleurs, les logos… L’adolescent pointa sa baguette en ébène, contenant une larme de phénix, vers une radio moldue que lui avait donné un ami et le CD se mit en marche. Première chanson : Bizzar Sisters, I - Magie- Nation. Tout en mettant la musique en sourdine, la radio était rentrée clandestinement dans la maison, il se changea et revêtit un T-shirt vert pomme ainsi qu’un pantalon slim en jeans. De quoi créer une révolution au sein de la famille ! Mais le plus drôle restait à venir, il saisit une ceinture noire dont la boucle était une tête de mort en métal et prit des chaussures Levi’s retroussées noires. A son poignet droit, un bandana sombre replié et sur l’autre quelques bracelets noirs en caoutchouc. A présent, il était fin prêt pour engendrer une guerre terrible qui dévasterait la maison et l’honneur des Riddle.


Hydrus – Nous allons voir si le venin de la vieille est toujours aussi venimeux…

Se dit-il pour lui-même en sortant de sa chambre, un sourire amusé aux lèvres et de la malice dans le regard.

En arrivant au salon, il croisa son frère, présent pour les grandes vacances, et ce dernier lui jeta un regard méprisant et moqueur. Rhésus était son aîné de quatre ans, il était beau, grand, élancé, intelligent, prétentieux et manipulateur. C’était la grande fierté de la famille, le petit prodige qui finirait Ministre de la magie, parole de Riddle ! Il avait fait ses six années à Serpentard, gagnant d’abord l’insigne de préfet, puis, celui de préfet en chef. Premier de classe, fantasme de toutes les filles, Sang Pur, classe et pédant, il cumulait les réussites, enfin, c’est ce que disaient Madame et Monsieur Riddle…


[Le reste arrive]


Dernière édition par le Lun 3 Sep - 1:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hydrus M
Invité



MessageSujet: Re: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   Lun 3 Sep - 0:03

Ils auraient voulu que leur second fils marche dans les traces du premier, mais Hydrus prit le plus grand soin de ne pas le suivre. Il ne s’était jamais entendu avec son frangin, le trouvant trop prétentieux, trop fourbe et trop calculateur. Choisissant une autre voie, le plus jeune s’était fait rejeté et avait été rapidement qualifié de « différent », pour ne pas dire de « rebu ». Aux yeux de sa famille, il vivait dans l’ombre de son brillant frère, effacé par le talent et le brio de celui-ci. Peu importe, il n’en avait rien à faire, il savait ce qu’il valait et n’avait besoin d’aucun signe de reconnaissance.

Rhésus – Je vois que le « Traître à son sang » s’est encore merveilleusement vêtu de loques ce soir ! C’est dingue ce que les chiffons se marient bien avec la vermine que tu es… Sensationnel, vraiment !

Le jeune homme avait parlé d’un ton moqueur, supérieur, en prenant bien le temps de dévisager son petit frère dont les yeux étaient plus malicieux que jamais. Le cadet lui rétorqua, cassant et tout aussi moqueur :

Hydrus – La seule chose sensationnelle ici, c’est ta connerie très chère ! Ce qui est bien avec les loques, c’est qu’on peut s’en débarrasser, par contre, pour ce qui est de ta bêtise, ça va être plus dur… Se faire piquer sa promotion par une fille de moldus, alors là, il faut vraiment être vachement con… Ou avoir le sang sale ! Peut-être as-tu un peu des deux… Aurais-je heurté ta sensibilité de perdant fini ?

C’était un sourire de triomphe qu’affichait à présent l’adolescent qui jubilait de pouvoir enfin attaquer son frère sur un terrain qui touchait à son orgueil. Rhésus travaillait au ministère, dans le département de la Justice magique, et il se trouvait qu’il venait de se faire évincer par une brillante sorcière d’ascendance moldue. Seule faute entachant son parcours mais faute cruciale qu’Hydrus ne manquait jamais de remettre sur le tapis.

Rhésus – La ferme le morveux ! Cette Sang de bourbe ne paie rien pour attendre… Ce poste n’est de toute manière pas assez important pour moi ! Il est réservé au petit personnel, aux gens comme cette vermine… Et comme toi ! Allez, pousse-toi le gnome !

Hydrus – Au petit personnel… C’est d’ailleurs pour ça que tu avais postulé pour l’occuper ! Je comprends mieux maintenant… C’est vrai que finalement, il t’aurait plutôt bien été ce job ! Puis, au pire, tu pourras toujours devenir concierge à Poudlard… Mais je ne suis pas certain qu’ils engagent les pauvres taches pour faire le ménage, ce serait plutôt paradoxale ! J’me renseignerai si tu veux…

Le plus grand lui lança un regard meurtrier et le bouscula en lui donnant un douloureux coup de coude dans les côtes. Quand Rhésus n’avait plus rien à dire, il partait en laissant un petit souvenir. Parfois, c’était un sortilège, parfois des coups… Mais quel qu’il soit, ce souvenir ne le rendait que plus pathétique aux yeux de son benjamin. Ce dernier, après avoir gagné une bataille et s’être massé la poitrine, partit à l’assaut du boudoir où ses parents discutaient.

Madame Riddle – Par Salazar ! Comment oses-tu te promener en moldu sous notre nez ?! Tu vas enfiler une tenue correcte tout de suite avant que tu ne deviennes réellement un traître à ta patrie !

Monsieur Riddle – Quelle horreur ! Même les elfes de maison me paraissent moins répugnants que ce garçon qui prône être mon fils !

Les réactions ne s’étaient pas fait attendre, les parents étaient sur la même longueur d’onde et bien décidés à enfoncer leur deuxième fils plus bas que l’enfer. Mais, c’était sans compter sur le sens de la répartie et le don d’énerver autrui de celui-ci. Amusé par la situation qui était plus que prévisible, il se retourna, ouvrit grand les yeux comme s’il cherchait quelque chose et fit de nouveau face à ses géniteurs en disant d’un air innocent :

Hydrus – Où ça ? Un moldu ? Je n’en vois pas… Mais si j’en vois un qui traîne, je vous le promets, il sera accueilli avec autant de chaleur que Rhésus n’a de promotion !

Ca, c’était vraiment la dernière chose à faire : s’attaquer au petit Rhésus chéri. En prenant ceux qui l’avaient mis au monde pour des imbéciles, qui plus est ! Il recevrait certainement une punition terrible pour son insolence mais il s’en fichait, dans quelques jours il retournerait à Poudlard et Hydrus serait enfin libéré de l’emprise des Riddle qui commençaient sérieusement à lui taper sur le système avec leurs valeurs et leurs traditions grotesques. Claque ! Une gifle de sa mère. Il serait sûrement marqué pendant quelques heures mais tant pis, c’était le prix à payer pour la tourmenter.

Madame Riddle – Ne t’avise plus jamais de salir ton frère de ta salive de déchet ! Et cesse de sourire bêtement ! Veracrasse !

Claque ! Et une deuxième, sur l’autre joue cette fois. Ce qui faisait le plus mal, c’était sans doute cette énorme bague que portait Allegra à son annulaire, de quoi vous laisser une trace à vie. Ce n’était plus de l’amusement mais de la rage qui montait en lui, de la colère, du dégoût. Comment une mère pouvait-elle être si froide, si méchante ? Certes, il ne faisait rien pour arranger les choses, mais on l’avait toujours traité comme un moins que rien et pour lui, l’air de la maison devenait plus irrespirable à chaque minute. Des larmes montèrent aux yeux d’Hydrus, mais pas de larmes de tristesse ni de regret, non, des larmes de rancœur et de hargne. Et son paternel qui restait là, à le juger, tortillant son bouc noir entre ses longs doigts osseux, son regard ébène posé sur lui comme s’il s’agissait de la dernière des ordures.

Hydrus – Les seuls déchets ici, c’est vous ! Vous pourrissez de l’intérieur et cont…

Le jeune arrogant n’eut pas le temps d’achever sa tirade, il fut projeté en arrière, retombant lourdement sur son dos, ce qui lui arracha un cri de douleur. Face à lui, son père, un homme grand et mince aux traits durs et à l’apparence ténébreuse et étrange, tenait sa longue baguette qu’il venait d’utiliser pour punir son rejeton. Morfin Riddle, mari d’Allegra, ouvrit la bouche, crachant son poison plus mortel que le venin du cobra du désert :

Monsieur Riddle – Ne manque pas de respect à tes supérieurs Hydrus ! Tu n’es rien… Rien de plus qu’une erreur de la nature, une bête noire, une créature à abattre ! Sois déjà heureux que nous t’acceptions sous ce noble toit malgré que tu passes ton temps à nous couronner de honte ! Maintenant, hors de ma vue ! Bâtard…

C’est avec difficulté que l’adolescent se redressa, le regard embué, la gorge serrée, se massant le dos. Les mots étaient blessants mais il les avait tant de fois entendus qu’il n’y faisait presque plus attention, la douleur physique était immense… Mais au fond, ce qui le chagrinait vraiment, c’était son impuissance face à ces bourreaux, cette impossibilité d’agir. Mais un jour viendrait où il aurait sa revanche, il en était sûr… Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’en agissant ainsi, ses parents le renforçaient et surtout, ils lui apprenaient involontairement une notion fondamentale : « L’enfer, c’est les autres ».

***


[A finir]
Revenir en haut Aller en bas
Hydrus M
Invité



MessageSujet: Re: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   Lun 3 Sep - 1:05

Dehors, le vent soufflait, les feuilles tourbillonnaient pendant que les arbres parés de couleurs ou dénudés se préparaient à affronter l’hiver. C’était l’automne et cette saison n’épargnait personne. Qui dit automne, dit rentrée des classes, reprise des cours et donc retour à Poudlard pour le jeune Hydrus Riddle. Aujourd’hui avait été une journée comme les autres pour l’adolescent, il avait enchaîné les cours, ayant parfois plusieurs heures de pause entre différentes matières, c’était l’avantage d’être en sixième année. Ca ne faisait qu’une semaine qu’il était revenu à l’école de magie pour y entamer une nouvelle année et déjà, il avait une retenue. Ca commençait bien ! Et tout ça parce qu’il s’était livré à un duel contre un sale petit prétentieux dans les couloirs ! Mais peu importe, le chacal avait payé, il était toujours à l’infirmerie d’ailleurs ! Le jeune homme était connu pour son impulsivité et son adresse incroyable en matière de duel, il les battait tous. Autant il était sacrément nul en potion, métamorphose, histoire de la magie, divination et botanique, autant il excellait en défense contre les forces du mal, en enchantements, en duel et en Quidditch. Ses réflexes étaient plus vifs que jamais, sa connaissance en sortilège immense et sa ruse et sa vivacité d’esprit lui permettaient de ressortir gagnant de pas mal de situations. Par contre, pour ce qui était de mentir, il avait plus de mal. Etant quelqu’un de sincère, droit et franc, il n’aimait pas raconter n’importe quoi et préférait être puni plutôt que de s’embourber dans des histoires grandiloquentes. Oh, bien sûre, il avait des talents d’acteur, comme tout le monde, mais il n’en faisait pas souvent usage, ce qui le rendait encore plus crédible quand il s’en servait.

Professeur – Alors Riddle, même pas capable de commencer l’année sans se faire remarquer ? Si c’est ainsi que vous comptez attraper le niveau de popularité qu’avait votre illustre frère, vous vous méprenez…

Hydrus – C’est vous qui vous méprenez ! Je ne cherche pas à devenir le plus populaire, c’est pitoyable d’agir ainsi ! Je ne suis pas mon frère…

Professeur – Et c’est fort dommage ! Baissez d’un ton Riddle, car si vous n’êtes pas votre frère, vous parlez avec autant de suffisance que ce dernier ! La seule différence, c’est que vous n’avez aucune bonne raison pour le faire… Allez, frottez !

Nettoyer les cachots… Et puis quoi encore ? Il voulait bien qu’il avait enfreint le règlement, et ce plus d’une fois, mais ça ne méritait pas de récurer les coins les plus crasseux du château ! Il y avait un concierge pour ça ! De toute façon, à force du cumuler les punitions, les retenues et les sanctions, le corps professoral ne lui faisait plus de cadeau, il avait les pires tâches à accomplir. Hydrus, élève moyen, excellent dans certaines branches, pitoyable dans d’autres, adolescent sensible au tempérament de feu, à la fougue infinie, rebelle dans l’âme et à la ruse sans bornes. Voilà comment était vu le jeune capitaine de Quidditch par le personnel de l’école. Les élèves le savaient colérique, souvent joyeux, impulsif, malicieux mais il était surtout connu pour son style unique et pour son légendaire nom. On le comparait souvent à son frère, lui disant qu’ils n’avaient rien en commun. Certains en étaient déçus, d’autres enchantés. Finalement, sans le vouloir, le jeune Riddle était aussi populaire que Rhésus, mais pas pour les mêmes raisons. On connaissait nombre de ses escapades, de ses infractions aux règlements et de ses actions mémorables au Quidditch. Au niveau des filles, il était réputé pour ne pas en faire collection, il avait pas mal d’amies mais ses aventures amoureuses ne se multipliaient pas, et pour cause : lorsqu’il s’engageait dans une relation, il le faisait sérieusement et restait en général fort longtemps avec la même partenaire.

Professeur – Dites-moi Riddle, vous dormez ? Je vous ai connu plus vif… Pour attaquer d’autres élèves par exemple… A croire que vous aimez passer votre temps libre en retenue !

Hydrus – Il est vrai qu’il m’est très agréable d’ôter la moisissure de ces murs en votre compagnie professeur, le courant passe si bien entre nous…

Répondit Hydrus d’un ton doucereux, un sourire amusé aux lèvres. Il ne détestait pas son professeur de métamorphose, loin de là, et c’est donc pour ça qu’il se permettait de lui répondre de cette façon. C’était habituel avec cet enseignant de toute manière, il lançait des pics à tout le monde, l’adolescent ne se sentait donc pas plus visé qu’un autre. D’ailleurs, le professeur sourit à la remarque de l’arrogant et lui dit, d’un ton un peu sec mais d’une façon tout de même sympathique :

Professeur – C’est bon Riddle, vous pouvez filer… Je ne voudrais pas qu’on s’imagine qu’un quelconque courant passe bien entre nous !

Hydrus – Vos désirs sont des ordres professeur !

[3876 mots en tout.]





    Hors jeu :

    AVATAR : Alex Evans

    PRENOM : Emilie

    AGE : 16 ans

    PRESENCE SUR LE FORUM : 5/7 environ


    Facultatif :

    COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? En allant de partenaire en partenaire

    DES SUGGESTIONS POUR L'AMELIORER ? Accepter la fiche RP comme je l’ai suggéré en MP, sinon, c’est tout j’pense ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Andrew Ferguson
PROFESSEUR
PROFESSEUR
avatar

Nombre de messages : 84
Age : 24
Maison : Gryffindor, ^^ hein HUGO !! mdr
Année : Tu crois quoi, je suis prof !! :D
Date d'inscription : 26/08/2007

Feuille de personnage
Animal de compagnie: Un chat nommé Intrince
Amis ? // Ennemis ?:
Niveau de sorcellerie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   Lun 3 Sep - 10:03

Coucou et Bienvenue !

D'après ta fiche je dirais Serpy, je te met dedans, si jamais tu crois être adapté à une autre maison fait signe ! Razz J'ai pas tout lu ! Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eragon-histoire.keuf.net
Albus Dumbledore
Admin
avatar

Nombre de messages : 77
Maison : POUDLARD
Année : ///
Date d'inscription : 20/08/2007

Feuille de personnage
Animal de compagnie: Un phénix
Amis ? // Ennemis ?:
Niveau de sorcellerie:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   Lun 3 Sep - 10:25

Arf, personellement je te vois plus à Gryffondor qu'à Serpentard.
En lisant ta fiche, on comprend clairement qu'Hydrus n'a rien à voir avec sa famille Serpentardesque Wink

Pour sûr, il possède certains traits - En même temps, étant l'un des héritiers de Salazar c'est logique - Mais comme tu le dis au début, le cadet est différent.
Dans un sens, il me fait un peu penser à Sirius Black Smile

Donc sur ce, je te place chez les Gryffondor Smile A qui au passage tu fais gagner 3points bonus de répartition ^^


Et pour finir, bravo pour ta fiche ^^ C'est superbement rédigé ( Et j'avoue que c'est plus agréable à parcourir qu'une simple fiche ^^ )

Voili voilà Smile Bon RP'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://remember-hogwarts.forumhope.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hydrus Morfin Riddle [FICHE FINIE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mignonne, allons voir si la rose..(FICHE FINIE)
» Devis Katnisse James Fiche Finie =)
» Un génie avec un chapeau de sorcière? [fiche finie]
» FICHE FINIE ? prévenir.
» Yuna H.Kuronuma fiche (finie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember Hogwarts :: 
T H E S O R T I N G C E R E M O N Y
 :: 
Gryffindor ? Hufflepuf ? Ravenclaw ? Or maybe Slytherin ?
 :: Le Choixpeau a donné son verdict !
-
Sauter vers: